Contribution

Les marqueurs biologiques du remodelage osseux Roche, pour une meilleure prise en charge des patients atteints d'ostéoporose

L'ostéoporose constitue un fardeau significatif en matière de santé qui augmente avec le vieillissement de la population.

L'ostéoporose est une maladie silencieuse dans laquelle le métabolisme osseux est déséquilibré et le tissu osseux est détruit plus rapidement qu'il n'est remplacé. Les os deviennent poreux et fragiles et le risque de fractures augmente. On estime qu'une fracture ostéoporotique se produit toutes les 3 secondes et que plus de 200 millions de femmes sont touchées par l'ostéoporose dans le monde.Dans la mesure où l'espérance de vie augmente et que la population vieillit, la proportion de personnes exposées au risque de fractures ostéoporotiques ne cesse de croître.

Des traitements efficaces contre l'ostéoporose sont disponibles, mais des difficultés existent qui peuvent compromettre leur succès.

Les patients chez qui on diagnostique une ostéoporose se voient généralement prescrire un traitement médical pour prévenir la perte osseuse et réduire le risque de fractures ostéoporotiques, accompagné de conseils hygiéno-diététiques .2,19 Les traitements contre l'ostéoporose sont, dans la plupart des cas, très efficaces pour prévenir la perte osseuse ainsi que les fractures ostéoporotiques et peuvent réduire le risque de fracture de la hanche jusqu'à 40 %.3 Toutefois, des difficultés existent qui peuvent compromettre la réussite du traitement :

- Une observance faible4

Le manque d’observance au traitement de l'ostéoporose est un problème courant et bien connu.4 Une mauvaise observance peut résulter d'un oubli, d'inquiétudes quant aux effets secondaires du traitement ou d'une incapacité à se rappeler les avantages du traitement. L'observance est cruciale car elle a un impact considérable sur la réduction des risques de fractures et de mortalité.5,6

- Une réponse sous-optimale au traitement7,8

Même lorsque les patients suivent pleinement leur traitement, ce dernier peut être inefficace. Une réponse sous-optimale peut être causée par l'existence d'une ostéoporose secondaire due à certaines conditions médicales ou à des traitements qui interfèrent avec le métabolisme osseux, par une mauvaise absorption intestinale ou par un niveau inadéquat de vitamine D ou de calcium.

Le Propeptide N-Terminal du procollagène de type 1 (P1NP) et le télopeptide N-terminal du collagène de type I peuvent aider à surveiller la réponse au traitement de l'ostéoporose, et ce, trois mois après le début du traitement.9-12

Une pratique courante pour évaluer la réponse au traitement consiste à effectuer un contrôle de routine de la densité minérale osseuse tous les 24 mois, les changements significatifs de la densité minérale osseuse se produisant sur plusieurs mois. Cela signifie qu'il faut attendre 24 mois avant de savoir si le patient observe son traitement et y répond efficacement. Obtenir une évaluation plus précoce de la réponse au traitement serait préférable. 

La bonne nouvelle, c'est que les patients n'ont pas besoin d'attendre deux ans pour savoir si leur traitement fonctionne. Un simple test sanguin effectué trois mois après le début du traitement peut les rassurer. Les marqueurs du remodelage osseux (BTM) peuvent être utilisés pour surveiller le traitement de l'ostéoporose de manière beaucoup plus précoce qu’avec les techniques de mesure de la densité minérale osseuse, y compris la bi-énergie absorptiométrie à rayons X (DXA).9-12 Bien qu’il existe de nombreux marqueurs osseux, les marqueurs de résorption osseuse, CTX, et les marqueurs du remodelage osseux, PINP, sont considérés par la Fédération internationale de chimie clinique (IFCC) et la Fondation internationale de l'ostéoporose (IOF) comme des marqueurs de référence.13 

Pour les patientes traitées par des médicaments de type Denosumab, Raloxifène ou traitement hormonal substitutif, un dosage du β-crosslaps sérique (produit de dégradation du collagène de type 1 ou CTX) à 6 mois permet une évaluation précoce d’un effet pharmacologique osseux du traitement et de détecter ainsi les patientes non répondeuses (en raison d’un problème d’absorption par exemple) ou non observantes.14,15

L’objectif recherché est un résultat de dosage du β-crosslaps sérique situé dans les normes des femmes non ménopausées.15 Si un prélèvement initial a été réalisé, une baisse significative du résultat de β-crosslaps  (30-50%)14 est généralement observée à 6 mois.

Si tel n’est pas le cas, il faut revoir avec la patiente les conditions de prise du traitement, effectuer un contrôle 3 mois plus tard  par un nouveau dosage de β-crosslaps sérique et, si les résultats de CTX ne sont toujours pas dans les normes des femmes non ménopausées, envisager un changement du traitement initial.15

Sur le plan pratique, les contraintes pré-analytiques sont très bien définies.  En raison de variations circadiennes fortement influencées par les repas16, il est recommandé d’effectuer les prélèvements sanguins pour le dosage du CTX le matin à jeun avant 9h. Il est également important de mesurer le CTX sérique à distance d’une fracture car la formation du cal osseux, concomitante d’un remodelage osseux important, élève transitoirement la concentration sérique de CTX.17,18

Réponse typique aux traitements antirésorptifs (ibandronate) : variation des résultats du test B-crosslaps sérique20

Réponse aux traitements antirésorptifs

Patiente répondant au traitement : On note une diminution rapide du taux de  β-CrossLaps. La résorption osseuse est maîtrisée.

Patiente ne répondant pas au traitement : Pas de variation significative des taux du marqueur.

Arrêt du traitement : Sous traitement, le taux de β-CrossLaps diminue dans un premier temps puis augmente à l’arrêt de la thérapie (patiente non observante). 

*DMO : densité minérale osseuse

Un aperçu complet du métabolisme osseux sur une seule plateforme, pour une meilleure prise en charge des patients.

Les tests de marqueur du remodelage osseux Roche sont des outils de diagnostic importants pour l'évaluation et la gestion de l'ostéoporose et des autres maladies osseuses.

• B-Crosslaps (CTX)
Aide à l'évaluation du taux de résorption osseuse et de l’efficacité des traitements anti-résorptifs tels que les bisphosphonates 

• PINP
Aide à l'évaluation du taux de formation osseuse, au suivi du traitement chez les patients atteints à la fois d'ostéoporose et de la maladie de Paget

• Ostéocalcine
Aide à l'évaluation du renouvellement osseux, au suivi des traitements anti-résorptifs de l'ostéoporose

• Vitamine D
Aide à l'évaluation du statut de vitamine D

• Hormone parathyroïdienne (PTH)
Diagnostic différentiel de l’hypercalcémie/hypocalcémie par l'évaluation de l'activité sécrétoire des glandes parathyroïdes

Références

 

  1. Johnell, O., & Kanis, J. A. (2006). An estimate of the worldwide prevalence and disability associated with osteoporotic fractures. Osteoporosis international, 17(12), 1726-1733.
  2. Cosman, F., De Beur, S. J., LeBoff, M. S., Lewiecki, E. M., Tanner, B., Randall, S., & Lindsay, R. (2014). Clinician’s guide to prevention and treatment of osteoporosis. Osteoporosis international, 25(10), 2359-2381.
  3. Kanis J.A., Burlet N., Cooper C., et al. (2008) European guidance for the diagnosis and management of osteoporosis in postmenopausal women. Osteoporos Int 19:399.
  4. Modi, A., Sajjan, S., & Gandhi, S. (2014). Challenges in implementing and maintaining osteoporosis therapy. International journal of women’s health 6, 759.
  5. Caro, J.J., Ishak, K.J., Huybrechts, K.F., Raggio, G., & Naujoks, C. (2004). The impact of compliance with osteoporosis therapy on fracture rates in actual practice. Osteoporosis International 15(12), 1003-1008.
  6. Center, J.R., Bliuc, D., Nguyen, N.D., Nguyen, T.V., & Eisman, J.A. (2011). Osteoporosis medication and reduced mortality risk in elderly women and men. The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism 96(4), 1006-1014.
  7. Lewiecki, E.M., & Watts, N.B. (2008). Assessing response to osteoporosis therapy. Osteoporosis International 19(10), 1363-1368.
  8. Lewiecki, E.M. (2003). Nonresponders to osteoporosis therapy. Journal of Clinical Densitometry 6(4), 307-314.
  9. Naylor, K., & Eastell, R. (2012). Bone turnover markers: use in osteoporosis. Nature Reviews Rheumatology 8(7), 379.
  10. Delmas, P.D., Eastell, R., Garnero, P., Seibel, M. J., & Stepan, J. (2000). The use of biochemical markers of bone turnover in osteoporosis. Osteoporosis international, 11(18), S2-S17.
  11. Eastell, R., Pigott, T., Gossiel, F., Naylor, K.E., Walsh, J.S., & Peel, N.F. (2018). DIAGNOSIS OF ENDOCRINE DISEASE: Bone turnover markers: are they clinically useful?. European journal of endocrinology 178(1), R19-R31.
  12. Diez-Perez, A., Naylor, K.E., Abrahamsen, B., Agnusdei, D., Brandi, M.L., Cooper, C., & Hadji, P. (2017). International osteoporosis foundation and european calcified tissue society working group. Recommendations for the screening of adherence to oral bisphosphonates. Osteoporosis International, 28(3), 767-774.
  13. Vasikaran, S., Cooper, C., Eastell, R., Griesmacher, A., Morris, H.A., Trenti, T., & Kanis, J. A. (2011). International Osteoporosis Foundation and International Federation of Clinical Chemistry and Laboratory Medicine position on bone marker standards in osteoporosis. Clinical chemistry and laboratory medicine 49(8), 1271-1274.
  14. Garnero P. L’exploration biochimique du remodelage osseux dans l’ostéoporose : quels marqueurs utiliser ? Revue Francophone des Laboratoires 2012 ;42 :43-51.
  15. Briot K, Cortet B, Thomas T et al. 2012 update of French guidelines for the pharmacological treatment of postmenopausal osteoporosis. Joint Bone Spine 2012;79:3904-13
  16. Eastell R, Garnero P, Audebert C, Cahall DL. Reference intervals of bone turnover markers in healthy premenopausal women: results from a cross-sectional European study. Bone 2012; 50: 1141-1147.
  17. Vasikaran S, Eastell R, Bruyère O et al. Markers of bone turnover for the prediction of fracture risk and monitoring of osteoporosis treatment: a need for international reference standards. Osteoporos Int 2011;22:391-420.
  18. Garnero P, Bianchi F, Carlier MC, Genty V, Jacob N, Kamel S et al. Biochemical markers of bone remodelling: pre-analytical variations and guidelines for their use, SFBC (Société Française de Biologie Clinique) work group on biochemical markers of bone remodelling. Ann Biol Clin 2000; 58: 683-704.
  19. https://www.ameli.fr/isere/assure/sante/themes/osteoporose/comprendre-osteoporose, version du 17 décembre 2019 - dernier accès juillet 2020
  20. Tanko LB, Mouritzen U, Lehmann H, Warming L et al.  Oral ibandronate: changes in markers of bone turnover during adequately doses continuous and weekly therapy and during different suboptimally dosed treatment regimes.2003; Bone 32:687–693.

Les tests Elecsys Vitamin D total, PTH, PTH (1-84), total P1NP, N-MID Osteocalcin et β-CrossLaps/serum sont des tests immunologiques destinés aux analyses biologiques lors de l'exploration des troubles du remodelage osseux. Ces tests par électrochimiluminescence « ECLIA » s’utilisent sur les systèmes d'immunoanalyse Elecsys et cobas e.
Dispositifs médicaux de diagnostic in vitro.
Fabricant : Roche Diagnostics GmbH (Allemagne) – Distributeur : Roche Diagnostics France.
Lire attentivement les instructions figurant dans les fiches techniques