Produits & indications

Infections congénitales et infections post-transplantation

Un grand nombre de décès périnataux sont dus à des infections congénitales

Plusieurs agents pathogènes peuvent être transmis verticalement pendant la grossesse et avoir un effet néfaste sur l’enfant à naître et/ou le nouveau-né.

Ils sont généralement regroupés sous l’abréviation TORCH: toxoplasmose, autres (en anglais «Others», tels que la syphilis), rubéole, cytomégalovirus (CMV) et virus Herpes simplex (HSV).

La catégorie «autres» s’est rapidement élargie et inclut désormais plusieurs virus connus pour provoquer des maladies chez les nouveau-nés. Il s’agit notamment des pathogènes de l’hépatite virale, du virus de l’immunodéficience humaine (VIH), du parvovirus B19, du virus varicelle-zona (VZV), des entérovirus, des adénovirus, du virus du Nil occidental, du virus de la rougeole et du virus Zika.2

 

La pratique précoce de tests, de vaccinations et de traitements appropriés pourrait contribuer à prévenir de nombreuses infections congénitales.3,4

 

Un grand nombre de médecins prenant en charge des nourrissons et des femmes enceintes exige désormais un dépistage diagnostique des infections congénitales, périnatales et néonatales. La procédure de dépistage dépend des antécédents médicaux de la patiente, des facteurs de risque et de la réglementation locale. Pour la plupart des agents pathogènes, le dépistage initial repose sur la détection d’anticorps ou d’antigènes spécifiques et est effectué au cours du premier trimestre de la grossesse. L’objectif des tests congénitaux est de déterminer l’état immunitaire de la mère et de différencier plus facilement une infection aiguë d’une infection survenue plus tôt durant la grossesse. Le dépistage avant le début d’une grossesse et le dépistage prénatal jouent un rôle important dans la prévention des infections transmises verticalement.3

Roche propose un menu complet pour le diagnostic sérologique des infections congénitales afin de minimiser les risques pour l’enfant à naître et/ou le nouveau-né.

Prévenir les infections survenant pendant une transplantation grâce à la surveillance

La transplantation d’organes entiers, de tissus ou de cellules d’un donneur à un receveur est souvent le seul remède contre certaines maladies ou anomalies médicales. Les transplantations sauvent et prolongent la vie des patients ou permettent une amélioration radicale de la qualité de vie des receveurs. Les complications liées à une infection sont la principale cause de morbidité et de mortalité après une transplantation (d’organe).5 Ces infections peuvent soit trouver leur origine chez le donneur, soit être des infections opportunistes dues au traitement immunosuppresseur du receveur après la transplantation.

Bien que les complications liées au rejet d’organe puissent aujourd’hui être contrôlées par des médicaments immunosuppresseurs, une augmentation des infections liées aux donneurs et aux receveurs en raison de la prédisposition des patients peut encore être constatée.5 De nombreuses infections liées aux transplantations sont dues à des virus, p. ex. le cytomégalovirus (CMV), le virus BK (BKV), le virus d’Epstein-Barr (EBV), le virus Herpes simplex (HSV), mais aussi à certaines bactéries, telles que les mycobactéries, et à des champignons. Une infection à CMV est présente après la transplantation chez 60 à 100% des greffés adultes, ce qui fait de ce virus une cause majeure des infections liées aux transplantations.6

En 2012, la millionième transplantation de cellules souches du sang au monde a été effectuée,8 et rien qu’en 2013, 70 000 transplantations de cellules souches ont eu lieu à travers le monde.9

Comme beaucoup de ces virus sont essentiellement présents à l’état latent dans l’organisme, la plupart des personnes disposant d’un système immunitaire sain ne se rendent pas compte qu’elles sont infectées. Le diagnostic des infections avant la transplantation peut entraîner une différence considérable pour le succès de la transplantation.

Des tests de diagnostic in vitro (DIV) fiables jouent un rôle central dans le maintien et l’amélioration constante de la sécurité des transplantations. Différents tests peuvent être réalisés avant et après la transplantation.

Avant la transplantation: les tests sérologiques sont généralement utilisés pour la caractérisation des donneurs, des organes et tissus et des receveurs afin de détecter la présence d’infections actives ou passées

Après la transplantation: les tests d’acides nucléiques (TAN) sont habituellement utilisés pour tester et surveiller les receveurs pendant et après le traitement

Roche travaille actuellement au développement d’un portefeuille complet de tests sérologiques et moléculaires afin de permettre un diagnostic continu et ininterrompu chez les donneurs et les receveurs de greffes.

  1. Neu N. et al. (2015). Clin Perinatol 42, 77–103
  2. Marino T. (2017). Medscape article available from: https://emedicine.medscape.com/article/235213-overview [Accessed February 2019]
  3. Centers for Disease Control and Prevention. 10 Tips for Preventing Infections Before and During Pregnancy. CDC 2019. Last access August 2019 https://www.cdc.gov/pregnancy/infections.html 
  4. European Centre for Disease Prevention and Control. Antenatal screening approaches effective in preventing mother-child-transmission of HIV, hepatitis B, syphilis and rubella in vulnerable populations. Stockholm: ECDC; 2017.
  5. Fishman JA. Infection in solid-organ transplant recipients. The new England J of Medicine. 2007;357:2601-2614.
  6. Ghady H, Singh N. Viral infections in solid organ transplant recipients: novel updates and a review of the classics. Curr. Opinion in Infectious Diseases. 2017; 30;6:579-588.
  7. http://www.transplant-observatory.org/ Last visited: June, 2019.
  8. https://www.wbmt.org/fileadmin/pdf/01_General/Press_release_final.pdf. Last visited: March, 2019.
  9. Baldomero H, Aljurf M, Zaidi SZA, et al. 2018. Narrowing the gap for hematopoietic stem cell transplantation in the East-Mediterranean/African region: comparison with global HSCT indications and trends. Bone Marrow Transplantation. doi: 10.1038/s41409-018-0275-5

 

  • Fishman JA. Infection in solid-organ transplant recipients. The new England J of Medicine. 2007;357:2601-2614
  • Ghady H, Singh N. Viral infections in solid organ transplant recipients: novel updates and a review of the classics. Curr. Opinion in Infectious Diseases. 2017; 30;6:579-588.
  • http://www.transplant-observatory.org/ Last visited: June, 2019.
  • https://www.wbmt.org/fileadmin/pdf/01_General/Press_release_final.pdf. Last visited: March, 2019.
  • Baldomero H, Aljurf M, Zaidi SZA, et al. 2018. Narrowing the gap for hematopoietic stem cell transplantation in the East-Mediterranean/African region: comparison with global HSCT indications and trends. Bone Marrow Transplantation. doi: 10.1038/s41409-018-0275-5
  • Fishman JA. Infection in solid-organ transplant recipients. The new England J of Medicine. 2007;357:2601-2614.
  • Ghady H, Singh N. Viral infections in solid organ transplant recipients: novel updates and a review of the classics. Curr. Opinion in Infectious Diseases. 2017; 30;6:579-588.
  • http://www.transplant-observatory.org/ Last visited: June, 2019.
  • https://www.wbmt.org/fileadmin/pdf/01_General/Press_release_final.pdf. Last visited: March, 2019.
  • Baldomero H, Aljurf M, Zaidi SZA, et al. 2018. Narrowing the gap for hematopoietic stem cell transplantation in the East-Mediterranean/African region: comparison with global HSCT indications and trends. Bone Marrow Transplantation. doi: 10.1038/s41409-018-0275-5
  • Fishman JA. Infection in solid-organ transplant recipients. The new England J of Medicine. 2007;357:2601-2614.
  • Ghady H, Singh N. Viral infections in solid organ transplant recipients: novel updates and a review of the classics. Curr. Opinion in Infectious Diseases. 2017; 30;6:579-588.
  • http://www.transplant-observatory.org/ Last visited: June, 2019.
  • https://www.wbmt.org/fileadmin/pdf/01_General/Press_release_final.pdf. Last visited: March, 2019.
  • Baldomero H, Aljurf M, Zaidi SZA, et al. 2018. Narrowing the gap for hematopoietic stem cell transplantation in the East-Mediterranean/African region: comparison with global HSCT indications and trends. Bone Marrow Transplantation. doi: 10.1038/s41409-018-0275-5
  • Found 0 results in
    Filtres
    ...
      ...